Les actions phares récentes d’ATB en matière d’environnement

Mercredi, 2 Mai, 2018
Les actions phares récentes d’ATB en matière d’environnement

ATB s’engage fortement sur la lutte contre le réchauffement climatique et sur l’amélioration de la qualité de l’air et la biodiversité. ATB s’engage dans son territoire au travers de projets collaboratifs et innovants (DEMETER, HYPORT, COMMUTE)

Un objectif pour ATB atteindre la neutralité carbone en 2020

La centrale photovoltaïque du parc autos P2 désormais opérationnelle

La première centrale photovoltaïque a été inaugurée en janvier 2018. Implantée sur le toit du parc autos P2, celle-ci produira autant d’énergie qu’en consomme le parking P2 Exploitée par la société ARMOGREEN, cette centrale doit produire 1 100 MWh/an. Le projet,avait été retenu dans le cadre de l’appel à projets national de la Commission de Régulation de l’Energie.

L’aéroport sera raccordé au réseau de chaleur de Blagnac géré par Toulouse Métropole en 2019 et contribue à augmenter la part d’énergie renouvelable de ce réseau par l’accueil d’une chaudière biomasse

L’aéroport de Toulouse-Blagnac a initié la démarche auprès de Toulouse Métropole pour se raccorder au réseau de chaleur de Blagnac. VEOLIA, à qui Toulouse Métropole a attribué la concession, va implanter sur l’aéroport une chaudière alimentée en bois qui complètera,l’alimentation en géothermie délivrée par VEOLIA dans un premier temps pour les Halls A, B et C. Un accord gagnant-gagnant qui permet à Toulouse Métropole d’augmenter la part d’énergie renouvelable de ce réseau à 74 % (géothermie et biomasse) et à ATB de contribuer à la transition énergétique du territoire et d’alimenter une grande partie de l’aérogare avec une chaleur issue à 74 % d’énergie renouvelable.

HyPort : production locale d’hydrogène et utilisation sur le site d’ATB

Le projet Hyport lancé par la Région Occitanie a pour ambition de développer l’utilisation de l’hydrogène vert dans les zones aéroportuaires. Première phase : le lancement d’une étude de faisabilité pour implanter un site de stockage et de production d’hydrogène sur la zone aéroportuaire. ATB est complètement engagé dans ce projet porteur d’une diversification des sources d’énergie renouvelable. A savoir, l’hydrogène et en particulier les piles à combustible permettront d’aller vers un avion plus électrique. (Partenaires majeurs : Région OCCITANIE, ENGIE, SAFRAN, ATB, PYRENIA,...)

Modéliser les émissions gazeuses pour comprendre la qualité de l’air et agir

Le partenariat engagé avec ATMO OCCITANIE, permet depuis 15 ans, de montrer que la qualité de l’air à l’aéroport est meilleure qu’en centre ville ou à proximité de la rocade. Cependant ATB et ATMO OCCITANIE ont voulu aller plus loin afin de comprendre finement la contribution de toutes les entreprises et activités présentes sur l’aéroport à la qualité de l’air du la zone du Plan de Protection de l’Atmosphère ( PPA).

Les résultats sont les suivants :

  • 4 % des émissions de NOx
  • 1% des PM10 et PM
  • 2.5 2% des Gaz à effet de serre

Nota bene ; les émissions des aéronefs sont calculées jusqu’à 1000 mètres d’altitude. Pour en savoir plus ( lettre de l’air ci-jointe).  

L’accessibilité terrestre de l’aéroport est un enjeu majeur tant pour les employés que pour les passagers. C’est aussi un enjeu pour la qualité de l’air de la plate-forme aéroportuaire.

COMMUTE, pour se déplacer autrement (issu de DEMETER)

COMMUTE est un projet de mobilité urbaine porté par Toulouse Métropole qui associe les principaux acteurs de la zone aéroportuaire toulousaine. Ce projet a reçu le soutien de l’Europe dans le cadre de l’Urban Innovative Action. Son objectif : modifier les habitudes de déplacement dans cette zone. Pour cela, COMMUTE développera quatre actions principales :

  • La mise en place d’un nouveau système de gestion collaborative de la mobilité urbaine qui visera à formuler des suggestions et des recommandations, mais aussi à mettre en place un mode innovant de co-création et de coopération ;
  • La création d’une plateforme numérique dédiée à la mobilité urbaine, permettant de mesurer les impacts des expérimentations mises en oeuvre. Cette plateforme serait également un outil d’aide à la décision pour la mobilité, sur la base de données en temps réel ;
  • La réalisation d’actions innovantes pour contribuer à la réduction du trafic : nouvelles méthodes de travail (télétravail, horaires modulaires, etc.), services de mobilité (covoiturage pour les petites distances, etc.) et nouvelles infrastructures (parking de covoiturage et déploiement d’une navette électrique) ;
  • L’évaluation des expérimentations réalisées.

Logo UIA - UE

L’aéroport s’engage dans le projet DEMETER

Le 4 octobre 2017 était signé à l’aéroport le protocole d’accord sur le projet DEMETER. Ce projet porté notamment par Toulouse Métropole et Airbus fédère une trentaine de partenaires des secteurs aéroportuaire et aéronautique pour réduire l’empreinte environnementale individuelle et collective. La méthode ? Echanger des bonnes pratiques, mutualiser et expérimenter des approches innovantes. Le premier pas d’une démarche collective qui associe le développement de l’économie régionale et la protection de l’environnement.

ATB s’engage pour la biodiversité

ATB adhère à la démarche HOP Biodiversité

Cette démarche est l’occasion pour tous les personnels de découvrir la biodiversité présente sur la plate-forme de au travers de visites et de participer à sa connaissance et sa préservation de façon participative et ludique. Accompagné par le Museum d’Histoire Naturelle de Paris, cette démarche de science participative a pour objectif dans le temps d’améliorer la gestion de la biodiversité.

Des abeilles à l’aéroport : ATB produit son propre miel

L’aéroport de Toulouse-Blagnac s’est s’associé à un apiculteur local, Jean-Claude Chibarie, pour accueillir dans un premier temps 80 ruches sur son territoire. Les analyses réalisées sur les premières récoltes soulignent la qualité du miel. La commercialisation du miel d’aéroport sera donc lancée en 2018 dans les boutiques de l’aéroport.

Objectif à l’horizon 2022 : une abeille par passager de l’aéroport (environ 200 ruches).