no_message

Intégration paysagère

INTÉGRATION PAYSAGÈRE - COMPRENDRE

Architecture, couleur des bâtiments, éclairage, espaces verts, arbres, cheminements piétons et cyclistes, une plate-forme aéroportuaire crée un véritable paysage de transition entre ville et aéroport, entre activités et loisirs, entre terrestre et aérien. L’intégration paysagère est un élément de la politique de développement durable qui doit veiller àune harmonisation optimale entre constructions passées et àvenir.

Zoom sur… l’architecture de l’aérogare

L’Aéroport Toulouse-Blagnac a été conçu en 1974 par l’architecte Montier selon la typologie dite en deux niveaux de trafic séparés (arrivées et départs). Afin de faire face à la croissance du nombre de passagers et d’associer au développement de l’aérogare l’ensemble des structures annexes (stationnement avions, fret, parking, hôtels…), il a été décidé en 1986 de procéder à une extension linéaire de l’aérogare afin de préserver la capacité maximale de développement du site.

Le cabinet CARDETE et HUET accompagne depuis plus de 15 ans le développement de l’aéroport en signant l’architecture des aérogares. Gérard HUET apporte un éclairage sur l’identité architecturale de l’Aéroport Toulouse-Blagnac :

« … Un aéroport, c’est un premier contact avec une région »

Le projet architectural repose sur l’idée qu’un aéroport, premier contact avec un pays, une région, doit créer à cette occasion une image d’entreprise aéroportuaire qui caractérise et exprime dans sa singularité l’Aéroport international de Toulouse et la Région Midi-Pyrénées.
Paradoxe passionnant à résoudre dans le sens où l’exigence technologique, fonctionnelle et sécuritaire de tout aéroport contemporain génère un univers standardisé.

Le projet architectural repose sur l’idée qu’un aéroport, premier contact avec un pays, une région, doit créer à cette occasion une image d’entreprise aéroportuaire qui caractérise et exprime dans sa singularité l’Aéroport international de Toulouse et la Région Midi-Pyrénées.
Paradoxe passionnant à résoudre dans le sens où l’exigence technologique, fonctionnelle et sécuritaire de tout aéroport contemporain génère un univers standardisé.

« … Le pari architectural est donc d’exprimer l’identité et la singularité d’une région, tout en préservant la manifestation conventionnelle et sécurisante de l’univers standard propre àun aéroport moderne »

Plutôt que de faire valoir l’expression locale d’une « image à priori » qui aurait déclinée « Toulouse ville rose au cœur de la convivialité rurale et gastronomique de sa région », est élaborée une image qui, a posteriori, témoigne d’une capacité locale et régionale à s’approprier et styliser les standards internationaux d’un tel équipement.
Il convient donc de créer une « image stylée des standards » qui caractérise la position de Toulouse et de la Région Midi-Pyrénées dans la modernité.

Façade de l'aérogare

« …Une porte de départ vers l’envol »

L’édifice de l’aérogare est conçu comme une « porte de départ ». Il est au plan métaphorique, du côté de l’avion et du ciel, alors que d’autres, sont du côté de l’abri et du sol, conçus comme des « portes d’arrivée ». Sa structure de métal, de verre, de lumière vous accueille pour l’envol.

« …Un clin d’œil à la ville rose »

En revanche et complémentairement, dès lors que l’usager quitte l’aérogare, il retrouve le lien de la terre, du sol et alors à cet instant, la présence de la brique se révèle. Elle habille les façades de l’immeuble administratif "La Passerelle" adossé au parking.

Le bâtiment administratif " La passerelle"

Les enjeux de l’intégration paysagère

L’intégration paysagère, c’est d’abord une réflexion sur un territoire et sa complexité. Elle reflète aussi la mémoire et le reflet de l’activité humaine.

« Un aéroport forme une sorte d’enclave, un territoire particulier avec de fortes contraintes d’accès automobile, de distances entre l’aérogare et les différents parkings, de réseaux multiples de distribution de fluides ou d’énergies », explique Thierry Laverne, le paysagiste urbaniste de l’Aéroport Toulouse-Blagnac.
« L’aménagement paysager doit gommer un peu de cette complexité et établir une liaison douce avec la ville, les quartiers alentour…».

Les différents éléments

Une bonne intégration paysagère doit assurer une transition douce entre les différents composants du paysage urbain et industriel :
harmoniser l’architecture des bâtiments
organiser les différents flux de véhicules, piétons, cyclistes
diriger, favoriser l’accessibilité
végétaliser et développer les espaces verts
organiser la signalétique et la publicité
L’objectif final est un agencement agréable et cohérent de tous ces éléments, en tenant compte des contraintes (topographie, sécurité…) et en répondant aux exigences des passagers (accessibilité aux parking, aux aérogares…).

INTÉGRATION PAYSAGÈRE - LES ACTIONS MENÉES SUR L'AÉROPORT

La construction du hall D a conduit à une remise à plat de l’organisation des voiries et des aménagements paysagers. Les flux de circulation ont été réorganisés et les espaces ont été largement végétalisés.

Un aéroport

L'Aéroport Toulouse-Blagnac à construit un nouveau hall afin de répondre aux futures contraintes de capacité, de rapidité, de souplesse. La capacité d’accueil de l’aéroport est portée à 8,5 millions de passagers. Le hall D a été construit dans le prolongement du hall C et marque à la fois une logique de continuité avec l’existant et une évolution importante. Sa conception en fait également un bâtiment économe en eau et en énergies.

Réaménagement des voiries et végétalisation  

A Toulouse-Blagnac, la réorganisation des flux de circulation autour de l’aérogare et des parcs à étages pour les voitures offrent l’opportunité de récupérer des espaces importants àproximité des différents bâtiments de l’aérogare.
Le projet paysager de l’aéroport s’est fixé pour objectif de reconquérir progressivement ces espaces. C’est pourquoi depuis l’automne 2005, des prairies et des arbres sont apparus. Des cheminements mixtes pédestres/cyclistes, établissant de nouveaux liens avec la ville de Blagnac, les zones d’activités et les hôtels, ont été tracés.

Débutées en décembre 2004, les nouvelles voiries ont été livrées en avril 2006.

Voiries

voiries     Bornes

Cliquez ici pour consulter le plan des nouveaux aménagements

La végétalisation des voiries a été une volonté forte de l’aéroport. Arbres, arbustes et prairies participent maintenant aux nouveaux paysages de l’aéroport.

Au total, ce sont 610 eucalyptus, 20 pins noirs d’Autriche, 60 chênes verts, 60 arbousiers, plus de 1500 arbustes et arbrisseaux et environ 53 000 m² de prairies.

Végétalisation      Végétalisation

Découvrir les espèces végétales de l'aéroport

Projet de replanter des arbres

Suite aux épisodes de gel, un nombre important d'arbres (eucalyptus) sont morts.
Une réflexion est en cours pour replanter des arbres plus résistants aux conditions climatiques (froid, sècheresse) et des espèces régionales.

A voir...

Cinq sur Cinq » n°12 (juin 2006) sur les nouveaux aménagements paysagers et les caractéristiques environnementales et architecturales du hall D