no_message

L'aéroport de 2001 à 2007

Le développement des infrastructures et des équipements

La construction du Hall A commence en août 2002 , pour s'achever en 2004. Il complète les installations existantes avec sa surface de 7000 m2 (dont 2800 m2 de bureaux), peut accueillir 700 000 passagers par an et est utilisé particulièrement pour le trafic issu des appareils qui transportent de 20 à 80 passagers. A sa création, l'appellation de l'ensemble des halls change : le Hall 1 devient Hall B , le Hall 2 devient Hall C.

  • Vue du nouveau Hall A , 2004

En 2003, ouverture du bâtiment « La Passerelle » dans lequel emménagent les services du gestionnaire de l'aéroport dirigés par la CCIT. Il s'inscrit dans la prolongation du parc autos couverts en silo.

« En 2005, le 4ème aéroport français accueille près de 5,8 millions de passagers qui voyagent sur 67 compagnies aériennes. Il offre 39 destinations régulières dont 15 en France et plus de 40 liaisons directes en vols charters. Toulouse-Blagnac conforte sa position de première plateforme de province pour le fret (56 418 tonnes). La vocation internationale de l’aéroport est également affirmée : l’Afrique et l’Amérique du Nord sont désormais accessibles et le cap des 2 millions de passagers internationaux est franchi cette année-là. »
Extrait du livre « aéroport Toulouse-Blagnac » - Air Edition – Décembre 2009 à Toulouse.

Est alors lancé un programme de "Grands Travaux" qui doit se poursuivre jusqu'en 2009 : voirie, aménagements paysagers, nouveaux parkings avions, contrôle automatisé et convoyage des bagages de soute, réaménagement du Hall B et nouvelle offre commerciale.

Dans ce cadre, 3 nouveaux ronds points vont tout d'abord voir le jour pour simplifier l'accès aux infrastructures et aux parkings et répondre à l'accroissement des flux automobiles vers l'aéroport.

Travaux de voiries , 2005

  • Travaux de voiries , 2005

Les halls B et C vont évoluer, avec la mise en place d'un nouveau système de traitement des bagages IFBS qui débute en 2005 et s'achève en 2007.

L’IFBS (Inspection Filtrage des Bagages de Soute) se modernise et s’équipe d’un système de contrôle, de convoyage et de tri des bagages de soute entièrement automatisé. Des chariots autonomes à intelligence embarquée, « Destination Coded Vehicule », circulent sur un chemin de roulement statique.

Il permet l’accroissement de la sûreté grâce une automatisation totale de l'IFBS (toujours avec le maintien du contrôle sûreté à 100%). Accéder à la page du projet traitement des bagages IFBS.

 

Le Hall D dont la construction débute en 2006 est intégré aux "Grands Travaux 2006-2009".

"Le réaménagement des abords de l’aérogare et de la zone de chantier du Hall D entraînent la réduction de la capacité du parking P2.
Cette diminution des places de stationnement est largement compensée par la création d’un nouveau parc, le P5, à proximité de
la tour de contrôle. Il peut accueillir 3 000 véhicules et se destine particulièrement aux stationnements de longue durée. Dans le même
temps, tous les parcs adoptent un système de lecture optique et un paiement par cartes bancaires."
Extrait du livre « aéroport Toulouse-Blagnac » - Air Edition – Décembre 2009 à Toulouse.

Débuts de la construction du Hall D , face au nouveau bâtiment La Passerelle

  •  Débuts de la construction du Hall D , face au nouveau bâtiment La Passerelle

2007 : Les débuts de la privatisation

Le 29 mars 2007, le gestionnaire de l'aéroport de Toulouse-Blagnac devient la Société Anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Aéroport Toulouse-Blagnac. Il devient la 2ème société aéroportuaire créée après l'aéroport de Lyon. Le capital qui est réparti entre l'Etat (60 %) , la Chambre de Commerce et d'Industrie de Toulouse (25%), les collectivités territoriales (15%), sera ouvert progressivement à des actionnaires privés, sous l'autorité de l'Etat.

Parallèlement, la concession a été prolongée jusqu'en 2046. Depuis mars 2007, la société dispose des ressources mais aussi du temps nécessaire pour se développer. Administré pendant 50 ans par la CCIT, cette nouvelle organisation apporte plus d'autonomie de fonctionnement et plus de réactivité à l'aéroport dans un souci toujours plus important d'améliorer la qualité de service pour les usagers.